Shin Jin Mei

Publié le par Jahman

Shin Jin Mei

 

L’esprit du Ch’an ou recueil de poèmes sur la foi en l'esprit

Par Sosan

 

 

1

Pénétrer la voie n’est pas difficile

Mais il ne faut ni amour, ni haine, ni choix, ni rejets.

2

Il suffit qu’il n’y ait ni amour ni haine

Pour que la compréhension apparaisse,

Spontanément claire,

Comme la lumière du jour dans une caverne.

3

S’il se crée dans l’esprit une singularité

Aussi infime qu’une particule,

Aussitôt une distance illimitée

Sépare le ciel et la terre.

4

Si nous réalisons le satori, ici et maintenant,

Les idées de juste et de faux

Ne doivent plus pénétrer dans notre esprit.

5

Dans notre conscience, la lutte entre le juste et le faux

Débouche sur la maladie de l’esprit.

6

Si nous ne pouvons pénétrer à la source des choses,

Notre esprit s’épuisera en vain.

7

La  voie est ronde, en paix, large comme le vaste cosmos, parfaite,

Sans la moindre notion de demeurer ou de rompre.

8

En vérité, parce que nous voulons saisir ou rejeter,

Nous ne sommes pas libres.

9

Ne courez pas après les phénomènes,

Ne demeurez pas dans la vacuité (ku).

10

Si notre esprit demeure tranquille

Il s’évanouit spontanément.

11

Si nous arrêtons tout mouvement,

Notre esprit deviendra tranquille,

Et cette tranquillité, par la suite,

Provoquera encore le mouvement.

12

Si nous demeurons aux deux extrémités,

Comment pouvons-nous en comprendre une ?

13

Si l’on ne se concentre pas sur l’originel,

Les mérites des deux extrémités seront perdus.

14

Si nous acceptons seulement une existence,

Nous tombons dans cette seule existence.

Si nous suivons le ku,

Nous sommes alors contre le ku.

15

Même si nos paroles sont justes,

Même si nos pensées sont exactes,

Cela n’est pas conforme à la vérité.

Publié dans principe de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article