Shin Jin Mei partie 4

Publié le par Jahman

46

Si nos yeux ne dorment pas,

Tous nos rêves s’évanouissent.

47

Si l’esprit n’est pas soumis aux différenciations,

Toutes les existences du cosmos deviennent une unité.

48

Si notre corps réalise profondément l’unité,

Nous pouvons couper instantanément toutes les relations.

49

Si nous considérons toutes les existences avec équanimité,

Nous retournons à notre nature originelle.

50

Si nous examinons cela,

Rien ne peut être comparé.

51

Si nous arrêtons le mouvement,

Il n’y a plus de mouvement.

Si nous faisons se mouvoir l’immobilité,

Il n’y a plus d’immobilité.

52

Le deux étant impossible

Le un l’est également.

53

Finalement, en dernier lieu,

Il n’y a ni règle ni régulation.

54

Si l’esprit coïncide avec l’esprit,

Les semences, les traces des actions s’évanouissent.

55

Le doute du renard n’existant pas,

Les passions disparaissent complètement,

Et soudainement apparaît la foi.

56

Tous les éléments étant impermanents,

Il n’y a aucune trace dans la mémoire.

57

Illuminer sa propre intériorité par la lumière du vide

Ne nécessité pas l’usage de la puissance de l’esprit.

58

En ce qui concerne hishiryo (penser sans penser. Au-delà de la pensée),

Considérer est très difficile.

59

Dans le monde cosmique de la réalité telle qu’elle est,

Il n’y a ni entité d’ego ni autres différences.

60

Si vous voulez réaliser le un,

Cela n’est possible que dans le non-deux.

Publié dans principe de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article