le lieu

Publié le par Jahman

Chaque lieu est un point d’entrée/sortie

Chaque particule est en interaction permanente avec la totalité. C’est un point ouvert qui laisse entrer ce qui doit y entrer et qui laisse sortir ce qui doit y sortir. Le point spatial ouvre sur l’infini, la totalité de l’univers.

La place (res) est à la fois ins et ex, entrée et sortie, lieu d’échange des flux énergétiques par excellence. Le monde est création perpétuelle, c’est-à-dire transformation. En tant qu’élément, particule, partie du monde, je ne peux exister hors de lui. Ce monde, cet espace extérieur n’est donc pas réel mais c’est moi-même. Je, cette création, partie / élément en interaction permanente avec le tout, qui, à la différence des être dénués de conscience, possède le savoir de lui-même (réflexion). Homo sapiens sapiens est une rupture dans l’évolution de l’espèce humaine. Le genre est surdéveloppé comparativement à ses ancêtres hominidés. Ce re-doublement de la pensée sur elle-même donne à l’homme la conscience de soi. Cette large capacité cognitive accroît le potentiel créatif et inventif en ouvrant davantage l’ego à l’altérité, en accroissant le réseau de relations, les connexions s’en trouvant complexifiées, la trame du tissu densifiée. Elément parmi les éléments mais élément qui sait qu’il est un élément parmi les autres. Ce savoir fait toute la différence.

L’espace comme un tissu de relations complexes est un milieu ouvrant la matière au-dedans (fissure temporelle de l’espace). Cette ouverture interne des éléments est une production énergétique de la lumière spirituelle, une dispersion temporelle de l’éternité. C’est la Création.

Ecriture créée sur la création, dans la création, pour la création, par la création. Les deux niveaux se rejoignent dans le discours réfléchissant son propre sens créé. Ce processus n’est pas linéaire, ne va pas en s’expansifiant mais, au contraire, pénètre plus profondément à l’intérieur, au plus près de l’origine absolue – néant au-delà du temps et de l’espace qui qualifient l’être extérieur. Le néant intérieur est comme le négatif de l’être extérieur. Toute perception est inconcevable pour cette dimension cachée. Il nous faut avoir recours à une non-perception, c’est-à-dire un effacement de l’intention, dans le maintien de l’attention. Evacuer la forme, transcender l’incarnation par l’esprit indivisible. Sorti de soi est l’œuvre divine qui nous fait progresser. Désassumer, déresponsabiliser est un dur travail face à la société. Dépasser toute conception et toute représentation idéelle. Désubstantiver le noyau moïque. Rejeter tous les couples de contraires pour trouver l’absolu. Ce rejet doit être fait pour lui-même, sans intention, sans finalité autre à atteindre. Dès lors, il ne demeure que le jet pur de soi-même allant au-delà de soi-même, c’est-à-dire vers l’autre. Cette liaison éternelle allant de l’identique à la différence, du même à l’autre, de soi-même à l’altérité casse le cercle qui enferme la conscience – et la conscience de soi – en elle-même. En ouvrant sa conscience par la mise en relation avec le contraire absolu dans l’acte désintéressé, de don et d’amour, on communique avec l’inconnu intérieur. Ce dernier est accessible sous la couche du moi conscient qui semble protéger notre fond intime. C’est pour cela qu’il ne faut pas avoir peur car cette peur universelle bloque l’ouverture du cœur en surimposant le moi protecteur. Retourner à son fond primordial, au Soi authentique, c’est se libérer de la peur. Ce fond pur de soi-même, centre de l’être est la porte d’entrée/sortie des énergies. Le moi est comme un filtre qui censure et dirige les énergies ; il contrôle tout. Le contrôle moïque nous empêche de vivre en nous séparant du réel pour nous protéger. Enlever toute peur dans son cœur permet de supprimer le contrôle moïque n’ayant plus son utilité. Dès lors peut s’épanouir la lumière intérieure reflétant l’absolu divin éternel. Rien de plus.

Publié dans cahier.spirituel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

emmanuel 29/12/2006 20:39

Bonjour..n'est ce pas un peu léger...ces quelques textes superficiels pour un chemin qui se dit spirituel?
Bonne route néanmoins
Emmanuel